Article de Mr. Abdou Djohar pour les sites et blogs comoriens et autres

Coralie Frei, femme pas comme les autres

Coralie Frei se réveille à temps et s’en sort fort bien. Elle cajole un rêve. Son regard sur le monde, son parcours incontestable caressent considérablement son espoir. L’aube de son enfance engluée dans un quotidien dolent, ses rapports compliqués avec son Anjouan natal, sa force morale et ses lectures assidues lui convainquent jour après jour de tremper sa plume dans l’encrier pour accoucher un roman autobiographique lui permettant de vivre quelques années encore dans un monde où « yafa hafu », l’histoire n’existe pas. À travers son écriture fluide empreinte de tristesse dont le ton touche tout un chacun, le lecteur décèle un tempérament animé d’une aventure à la fois incendiaire et adoucissante demeurant la source majeure de sa plume naissante. Entre elle et la femme comorienne, pas de différence ? Coralie Frei est née aux Comores où, à son époque, le destin de la femme était réduit à la solitude et à la servitude. Coralie Frei a su échapper à cette vie qui fait de la femme comorienne une incapable !  

Par ailleurs Coralie éprouve de l’amour pour ses parents, pour son pays dont la douceur de la nature s’emballe dans sa mémoire. Mais elle ne résiste pas à l’envie de se soumettre à une attitude erronée dont les conséquences embrassent les malices qui rongent son cher pays. Elle refuse de croire que l’école n’est pas un vrai remède contre la délinquance juvénile et l’ignorance qui conduit à la ruine. Elle se bat, apprend, s’interroge et écrit pour se distinguer des autres femmes condamnées par la croyance aveugle, pour une solution à cette crise socioculturelle qui déchire l’avenir de sa terre natale. La perle des Comores, son premier roman d’expression française reste et restera le fruit de ce combat décisif et mûrement réfléchi.

 

Le voyage tel qu’elle le conçoit

Tout comme Jean-Jacques Rousseau, Coralie Frei songe à l’importance accordée au voyage. Elle a effacé la peur et le doute qui avortent la réussite. Après son Bac, obtenu aux Comores, elle parcourt la terre, le ciel, les mers. Elle s’envole pour l’Europe d’abord en vue des études supérieures parfaitement équilibrées et une culture bien réussie, mais aussi pour donner un sens à son rêve qui ne date pas d’aujourd’hui. Ce nouveau monde qu’elle a fini par embrasser au détriment de l’ancien qu’elle juge infernal est pour elle un lieu de refuge et de consolation. Cet exil volontaire est vent debout contre les clichés et les préjugés qui séduisent les siens. Pour elle voyager constitue un pas vers la capacité de réflexion, apaise et instruit l’âme. D’où la naissance de ses œuvres littéraires (CD  « Coralie » composé d’une quinzaine de poèmes en musique, Das Tagebuch der Maya , un conte en allemand, Weit wie der Océan, roman en allemand…). Elle parle plusieurs langues pour une belle intégration dans un univers où la maîtrise d’une seule ne suffit pas pour être lu, connu et critiqué par un public large. Elle embrasse le métissage culturel pour un peuple mélangé, uni sans contrainte aucune. Le moins que l’on puisse dire est que ses voyages d’un pays à l’autre lui font tout de même décrocher deux diplômes ; une Licence de linguistique appliquée à l’université de Toulouse (France) et un Diplôme d’Etat infirmier préparé à l’école d’infirmières à l’île de la Réunion et en France, un parcours qui forge un lendemain qui enchante ! Une chose est évidente : cette jeune femme est fière, il faut le dire, de son pays, des mille fleurs qui embaument les îles de la lune où le soleil caresse, la pluie donne l’espoir.

 

Coralie Frei telle que je l’ai trouvée

J’ai reçu de mon ami Halidi Allaoui, juriste et poète, un message m’invitant à assister à la remise du prix du premier roman pour lequel La perle des Comores concourrait. Sans hésitation aucune je me suis absenté de mon travail pour répondre présent à l’événement. Parce qu’une telle invitation me réjouit autant qu’une grande assiette de riz basmati au lait de coco, saucé d’une viande bien cuite (plat à la comorienne).

En entrant à la galerie Passage du Retz où avait lieu la cérémonie, mon épouse et moi-même avons vu une jeune femme tenir un bouquet aux mille couleurs dont le reflet célèbre l’ambiance de cet événement à la fois historique et littéraire. Cet endroit paisible où nous avons croisé une nuée de journalistes était gai et animé. « Merci d’être venu » nous a-t-elle rassurés. Souriante, Coralie nous a bien accueillis, embrassés. Ensemble on a pris quelques photos souvenirs, on aurait dit que nous étions des amis de longue date ! On l’a trouvée gentille, sympathique, sociable et accueillante. Faute de temps, j’ai seulement parcouru La perle des Comores, roman dans lequel la romancière et poétesse n’est ni avare en bons mots, ni en panne d’inspiration pour peindre son émouvante histoire dont le réalisme et la rigueur des sentiments font de ce livre une réelle réussite.

 

La perle des Comores, roman adapté à sa cible de lecteurs

Effectivement Coralie Frei écrit sur ce qui pose problème dans un pays où être fille ne se résume pas au bonheur. L’incipit de ce roman semble le prouver. « Quelle poisse d’être une fille à Anjouan ! ». Cet incipit, certes, répond aux critères tant recherchés dans un roman comme le sien. En effet il informe, intéresse et noue le contrat de lecture ! Encore une chose m’a plu : on ne s’ennuie point en tournant les pages de ce roman à la saveur autobiographique. Dès le début le lecteur ressent le style et le goût des mots qui crient, qui dansent et qui donnent encore une fois une démarche à envier sans se soucier du destin. Coralie Frei adapte son livre aux besoins des lecteurs du troisième millénaire pour qui les mots énigmatiques, les digressions interminables ne procurent point une appétence. Coralie Frei nous offre un roman dont le vocabulaire incite bel et bien le lecteur à plonger dans ce livre au goût singulier sans être dans un état de somnolence. Ainsi, parce qu’on n’ouvre pas un dictionnaire toutes les deux pages. À la lecture, le lecteur se réjouit d’une écriture tempérée et concise. Une description qui va à l’essentiel. Un récit clair et vivant pour que le lecteur s’identifie aux personnages. Le récit de Coralie Frei ne tourne donc pas au tour du pot durant les nombreuses pages qui conditionnent d’ailleurs le succès de ce roman vif comme l’éclair, marquant indubitablement une étape décisive dans la littérature féministe comorienne.

Par Abdou Djohar

 


Hinterlasse eine Antwort


Übersicht / aperçu
  • Kategorien